• سند

    • La peine de mort au Japon: la loi du silence - À contre-courant de la tendance internationale
      سند انتشارات فدراسیون بین المللی حقوق بشر در 2008
      Ce rapport est le résultat d’une mission d’enquête réalisée par la FIDH en juillet 2008, afin d’évaluer les mesures prises par le gouvernement japonais, suite aux recommandations émises lors d’une précédente enquête en 2003. Les conclusions de ce rapport sont accablantes : « Le Japon continue de condamner à mort des criminels et de les enfermer pendant des décennies dans des prisons où règnent le secret et l’isolement, dans l’ignorance ou le mépris de l’opinion mondiale », affirme Florence Bellivier, Secrétaire générale de la FIDH. En outre, le rythme des exécutions s’est accéléré ces dernières années, « 2008 a marqué le record en nombre d’exécutions au Japon, et ce depuis au moins quinze ans : nous assistons à un véritable recul » ajoute Dan Van Raemdonck, Vice-Président de la FIDH. 13 personnes ont été exécutées depuis le début de l’année et 102 personnes sont actuellement détenues dans les couloirs de la mort. Aucune révision de procès de condamnés à mort n’a été acceptée depuis 1986 et aucun condamné n’a été gracié depuis 1975.
      Florence Bellivier Dan Van Raemdonck Jiazhen Wu / فدراسیون بین المللی حقوق بشر
      ژاپن (آسیای شرقی)
      همچنین در دسترس زبان انگلیسی
      نوع فایل : Text

  • Worldwide Database promotional panel